Tout est clair !

Les choses sont claires. Les Quarts de Finale des Coupes d’Europe lors des matchs aller ont décanté les maux de tête quant à savoir qui allait arriver en demie.
Après avoir parfaitement contourner l’obstacle parisien avec talent et le sens tactique aigu de Zidane pour ses compositions d’équipe en particulier au Parc, il ne fait plus de doute, si on en avait , que le Real rêve d’une troisième victoire consécutive en Ligue des Champions, et se donne les moyens pour le réaliser. Ce serait énorme et encore la liste des superlatifs est trop courte pour qualifier ce qui serait un exploit avec à la tête ces deux monstres que sont Zidane et Cristiano…
La Juve a tout donné sans trop de réussite au match aller. Pire, Dybala ne sera pas là, suspendu au retour. Inutile d’épiloguer. Les dirigeants de Madrid ont déjà fait le tour des hôtels de Munich ou de Barcelone pour anticiper le tirage au sort. Pour Liverpool ou City, c’est plus simple, les deux villes étant distantes de 60 kilomètres.
Si on se doit d’être prudent sur le Match City-Liverpool, on a du mal à imaginer que la formation de Guardiola puisse gagner 4 à 0 face à celle de Klopp, même si en championnat, l’Allemand avait pris une claque… Aujourd’hui la situation est tout autre et City qui rêvait d’être sacré champion face à United comme un symbole, a subi une contrariété de plus. Dans les têtes, c’est un peu le brouillard après le bouillon pris à Anfield. Perdre 3 à 0, c’est chaud pour le City d’un Guardiola vénéré pour sa science.
Quand comme le Bayern, on gagne à Séville, le sérieux du club de Tolisso semble enlever tout espoir aux Espagnols.
Pour Barcelone proche du titre, la voie est libre et royale. Invaincu en championnat depuis un an,le Barça après sa victoire  sur Leganes, a égalé le record de la Real Sociedad qui lors de la saison 79/80 avait enchaîné 38 matchs sans défaites en championnat… Pour la Roma, le calcul est simple mais le problème impossible à résoudre.
L’Europa league présente exactement les mêmes hypothèses. Arsenal, l’Atletico Madrid et la Lazio semblent promis à continuer l’aventure,après les matchs aller.
Pour Marseille, c’est une autre histoire. Avec son Stade en feu, une équipe ultra motivée paradoxalement par son manque de réussite et d’adresse à l’aller, mais rassurée défensivement, malgré des forfaits importants, rien n’est fait. Le public qui répondra présent doit être conscient qu’il a un rôle capital à jouer dans la quête d’une qualification qui, si elle s’avère être réelle, fera de l’Europa league, une obsession pour l’OM, comme ce fut le cas pour Lyon et la bande à Genesio, la saison passée.
En 2004, avec 59000 supporters déchaînés Marseille grâce à un but de Drogba avait fait trembler l’Inter, battu 1 à 0.
Marquer ce but de l’espoir pour l’OM hante les nuits de Rudi Garcia jusqu’au jour J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *