Enfin !

Les trêves sont toujours trop longues. Ce n’est pas la Coupe de la Ligue qui peut jouer les remplaçantes de luxe. La Coupe de France y arrive mieux, et encore. Malgré les surprises habituelles où seules les identités des clubs héroïques changent, rien ne vaut au niveau national notre bon vieux championnat de Ligue 1.
La reprise ce week-end ne laisse malgré tout peu de doutes sur le nom du futur champion. Paris sait et n’est que tendu vers l’objectif Real, où Zidane d’ailleurs vient de prolonger son contrat jusqu’en 2020.
Le PSG est pratiquement débarrassé d’un des objectifs principaux, car en étant sérieux et vigilant, on voit mal Cavani et sa bande avec 9 points d’avance déjà sur Monaco ne pas être sacré en mai prochain. En allant à Nantes puis Lyon, avec la réception de Dijon entre les 2, Paris restera sûrement dans la lignée précédent Noël.
La deuxième place est plus incertaine et le challenge que Lyon relève pour doubler Monaco n’est pas une mince affaire d’autant que les hommes de Genesio ont dans un coin du crâne l’obsession bien délicate à réaliser, d’aller en finale de l’Europaleague dans son stade. Une Coupe fatigante nerveusement et physiquement qui pourrait avantager un Monaco au calendrier allégé depuis une sortie sans gloire de l’Europe.
Marseille très calme pour le moment dans son mercato restera sûrement et, à moins d’un faux pas, dans des matchs pièges à la reprise,(Rennes, Strasbourg, Caen) l’outsider numéro 1 du championnat et pourrait finir fort. Pour cela, l’équipe de Rudi Garcia doit développer un jeu plus attractif et chatoyant, tout en étant réaliste. Le cocktail paraît simple…..
La réaction de 3 formations phares du championnat est attendue avec une tonne de points d’interrogation !
Lille avec Christophe Galtier pour un sursaut ? Entre imbroglio financier et déception sportive, Galtier a le profil parfait pour sortir le LOSC de l’ornière.
Les Verts ont renforcé leur staff. Un directeur général est arrivé, Frédéric Paquet, ancien Lillois, au physique à la « Douillet ». Comme d’habitude les réactions sont mitigées. Au delà d’une réorganisation confirmée comme la lassitude de dirigeants prêts à sauter sur la moindre occasion de rachat par des  » Chinois traînant dans le coin », c’est sur le terrain que les Verts doivent prouver leurs forces et leur volonté de se remettre en question pour éviter le pire.
Le mercato qui se profile, ( un défenseur central, un milieu, Mvila peut être et un attaquant) paraît cohérent. Aux Verts de rattraper le temps perdu.
Les Girondins de Bordeaux sont exactement dans le même cas que Saint-Etienne. Les deux clubs « amis » vont devoir cravacher et les dirigeants de Bordeaux ainsi que l’actionnaire feront un bilan après le match livré à Troyes. Se renforcer bien sûr ! Croire encore à l’intelligence et à la philosophie de l’entraîneur, Jocelyn Gourvennec ou pas ? Rattraper les erreurs de casting comme l’arrivée de Costil ? Les problèmes ne manquent pas et l’actionnaire logiquement n’est pas de bon poil. L’accident en Europaleague de Videoton très tôt dans la saison était très mal passé. La sortie en Coupe à Granville a été prise comme une humiliation d’autant que l’analyse d’après match était empreinte d’un optimisme qui a fait sortir les supporters de leurs gonds.
On peut enfin penser que les carottes sont dans la marmite pour Angers et presque cuites pour Metz.
Les Angevins ne mettent plus un pied devant l’autre.
Metz a un retard très conséquent et s’il est tout à fait logique de se dire que l’espoir fait vivre, la différence de buts négative colossale est elle rédhibitoire à tout miracle ? Les miracles existent mais celui là….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *